La Fédération Française de volley bafouille avec son logiciel et envoie le Harnes VB en Nationale 2

Coup de chaud et de panique ce lundi à la fois sur le site de la fédération et au sein des clubs de Division Élite masculine. Alors que le verdict était rendu depuis samedi soir, l’instance référente en la matière a modifié expressément le classement de la poule du HVB, lui faisant perdre une place, synonyme de rétrogradation en N2.

L’anecdote est énorme et pourrait même prêter à sourire si elle n’engageait pas la survie et le devenir d’un club. Harnes, qui était à la lutte contre Grenoble pour le maintien, s’est vu signifier par mail sa rétrogradation, passant de la quatrième à la cinquième place au terme d’un écrit lapidaire «  Après vérification votre classement s’avère ne pas être tout à fait exact  ». De quoi faire bondir l’entraîneur Loïc Bouanda, et le président Claude Clément qui s’étaient déjà penchés sur les contours de l’équipe pour un nouveau bail en Élite. «  Ils appuient leur décision sur le fait que Grenoble, au titre des confrontations directes, nous a battu. Sur la phase régulière, sportivement je ne peux que le reconnaître mais ce point pose déjà une ambiguïté notoire. Nous n’avons pas joué Grenoble lors de la phase ‘’play-down’ qui sert de base et le classement officiel qu’ils ont affiché et diffusé depuis le début du championnat ne prenait aucunement en compte cet aspect. Il y a donc un vrai préjudice que nous comptons bien dénoncer  ».

Harnes qui a déjà commencé avec la plus grande logique à avancer dans son recrutement (Meyer, Dillies) ne peut que vivre mal cet épisode qui confine à un certain amateurisme. Grenoble, principal intéressé dans l’histoire, ne s’en était même pas ému et c’est au travers d’une discussion informelle avec un arbitre lors de la dernière rencontre que les Isérois ont alerté la Fédération qui s’est aperçue de sa boulette. «  C’est une décision extrêmement maladroite de leur part.  » fulmine le comité artésien. En effet, on parle là d’un discrédit total et d’un éventuel manque financier de 100 000 euros pour le club artésien.

Toutefois des raisons d’espérer

Sur le fond, Harnes pense néanmoins se maintenir. Depuis plusieurs semaines, et là aussi dans le flou artistique le plus complet, la Fédération se penche sur la refonte des clubs professionnels. La Ligue A devrait passer de 12 clubs à 14, la Ligue B de 10 à 12 ce qui libérerait naturellement des places aux échelons inférieurs au petit jeu des chaises musicales. «  Ça devrait se confirmer  » rassure Claude Clément. «  Nous serions naturellement repêchés. On va y croire à 98   % disons. Mais il va falloir attendre la Pentecôte et l’assemblée générale qui aura lieu à cette occasion pour être définitivement fixé  ».

Sébastien Renaut (CLP)

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.