Harnes a retrouvé des couleurs

Après une entame timide et soldée par deux défaites (Calais, Pôle France du CNVB), le Harnes Volley-Ball a enfin lancé sa saison, samedi, en dominant Charenton (3-1).

Les Harnésiens n’avaient pas le couteau sous la gorge… mais presque. “C’était un match à engendrer de la pression ; il ne faut pas se le cacher, précisait Samuel Quéva, auteur d’une belle prestation par ailleurs. Nos deux récents revers nous obligeaient à gagner. Notre début de match un peu haché s’explique aussi par le stress que nous avions.”

Harnes débuta au petit trot. Un rythme de sénateur (4-2, 8-6) qui ne lui permit pas de creuser l’écart, ce qui laissa Charenton en vie (16-15). Fort heureusement, la montée en puissance de Quéva donne de l’air à un HVB encore un peu tendre (25-22).

Meyer assure

“Malgré ce set nous n’avons pas levé tous nos doutes, ajoute Maxime Dillies, le passeur artésien. Des hésitations auraient pu nous coûter cher.”

Harnes essaya d’accélérer en s’appuyant sur la hauteur de Voleanschii. Mais les Artésiens manquaient de clairvoyance sur leurs mises en jeu (14-14). La cote d’alerte à 16-19 fut, heureusement, parfaitement prise en compte par Meyer qui, sur une série de neuf services, et épaulé par Boyomo au centre, envoya Harnes à la conclusion (25-19).

Du mieux dans le jeu

Avec deux sets d’avance, le plus dur semblait fait. Mais le HVB glissa de nouveau (18-20). Charenton, très actif au bloc, s’offrit alors un motif d’espoir (23-25). Il fallut finalement un dernier set à sens unique pour complétement libérer des Harnésiens encore en rodage (25-13). “Il y a quand même du mieux dans le jeu, notre Maxime Dillies. Petit à petit, on espère pleinement entre dans ce championnat”.

Sébastien Renaut (CLP)

Harnes-Charenton : 3-1 (25-22, 25-19, 23-25, 25-13)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.